Adoption et révélations...

Publié le par Kanya

 

-         Tu viens de quel pays ?

-         Haïti.

-         Ouah le pied ! Mais dis-moi, pourquoi t’es venue en France ? Comment il doit faire trop bon vivre là-bas…

-         Je sais pas j’ai été adoptée à l’âge de neuf mois…

-        

 

En général, cette révélation jette un froid dans la conversation. A croire que le sujet est trop épineux, donc à prendre avec des pincettes, ou pas…

 

-         Et, tu n’y es jamais retournée ?

-         Non, pas encore eu l’occasion !

-         Attends, t’as 23 ans ! T’as pas envie de retrouver tes vrais parents ?

-         Tu entends quoi par ‘‘vrais parents’’ ?

-         Bah, tu vois bien ?

-         Ah, tu veux parler de mes géniteurs ? Et bien non, pas pour le moment !

-         Je sais pas. Mais moi à ta place, je rechercherais mes vrais parents…

-         T’es pas à ma place et sache pour ta gouverne que je vis déjà avec mes ‘‘vrais parents’’…

 

Les néophytes ont toujours des difficultés à intégrer ce concept.

 

-         T’as vraiment de la chance ! Tes parents adoptifs s’occupent vraiment bien de toi. Et en plus, ils te paient tes études…

-         Comme n’importe quels parents !

-         Oui mais là, je veux dire, ils ne sont pas vraiment obligés de faire ça. Ce ne sont que tes parents adoptifs après tout ! Avoir des parents aussi gentils… T’as vraiment pas à te plaindre. 

 

A chaque fois, on me fait le coup de la culpabilité ! Et ça commence sérieusement à me taper sur le système. Quand j’étais ado, je réclamais simplement le droit de me plaindre et de me sentir mal dans ma peau comme tout ado occidental.

A plus fortes raisons que je souffrais à l’époque d’une carence cardinale (en références aux points cardinaux et à mon manque de repères) et affective.

 

Vous connaissez l’expression ‘‘membre fantôme’’ qui bien qu’absent continu à faire souffrir son propriétaire ? Et bien, je vais vous révéler un scoop, pour nous les enfants issus de l’adoption, c’est la même chose. Nous nous sentons comme amputer d’une partie de nous-même. Mais ça, en général, les non-concernés ne peuvent le comprendre. Ils se bornent à se positionner du côté des parents, sans prendre en considération notre traumatisme.

 

Loin de moi l’idée de m’apitoyer sur mon sort, mais, au même titre qu’un enfant dit ‘‘naturel’’, comprenez que mis à part le respect, je ne dois rien d’autre à mes parents. Vous me trouvez ingrate ? Remplacer donc les liens du cœur par les liens du sang. Vous trouverez normal, vous, qu’un enfant ‘‘naturel’’ se lève de bon matin, réunisse ses parents dans le living room autour d’une tasse de thé et déclare solennellement :

 

‘‘Je profite de ce jour pour vous bénir. Sincèrement, je remercie le ciel tous les jours d’avoir eu la chance de naître dans cette famille. Je vous suis reconnaissante pour tout, veuillez par conséquent recevoir toute ma gratitude’’.

 

Inconcevable ? Nous sommes d’accord. Alors, ce chapitre peut être clos.

 

Commenter cet article

niko 09/09/2008 01:47

vous êtes née où???
(ma femme)à Lille.
Ahh, à l'ile maurice??
(ma femme) non, non, à Lille...
ah, bon! vous êtes pas africaine alors??
(ma femme) ben non, lilloise...
pourtant...
(ma femme) non, non.

Kanya 09/09/2008 13:47


Si tu savais le nombre de fois où j'ai tenu ce genre de discours...


Martine 19/08/2008 20:12

Je te remercie de tes commentaires sur l'adoption. Nous sommes en procédure d'adoption et lisons tous ce qui nous tombent sous la main. L'exemple du membre coupé est excellent et permet de visualiser ses sentiments qui nous sont inconnus mais auxquels nous serons confrontés en tant que parents. Le regard des autres et leur jugement sont un poids qu'il nous faut porter. Combien de fois ai-je entendu : Vous n'avez pas d'enfants? Je me ferai un plaisir le jour où ils seront là de répondre oui. Je te remercie de ta fierté que tu as de tes parents et je t'envoie ma "Bénédiction" avec un grand B. Love, MA

Kanya 19/08/2008 21:09


si tu as des questions à poser, n'hésite pas... Je pourrais y répondre et sans langue de bois ! Et ça me ferait plaisir d'apporter un peu de mon aide par le biais de divers conseils... Pose toutes
les questions que tu veux... Toutes ! Je serais ravie d'y répondre... Si tu veux on peut s'écrire personnellement, sur nos adresses e-mail... A très bientôt j'espère !


xavier 16/08/2008 01:53

bonjour Kanya,
j'ai lu ton billet là... je te prie de croire qu'il ne me laisse pas indifférent ! tu me donnes l'impression d'avoir fait un choix mais je ne suis pas sûr d'avoir bien compris...
repasserai demain en espérant avoir une réponse ;o)

Kanya 16/08/2008 02:29



De quel choix parles-tu ?
En tout cas, ravie que mon texte t'aie interpelé... C'était le but, en fait !



Tabellarius 15/08/2008 21:51

Me revoilou !! Ta franchise force le respect, je vais retourner en salle de muscul, affuter mes coups de gueule si je veux essayer de rivaliser avec toi. Parfois RIEN se demande si inconsciemment (cela s'appel de la mauvaise fois) on ne fait pas une sorte de thérapie de groupe sans divan mais avec des divas comme toi et Nettoue. Je vous embrasse les filles...

Kanya 15/08/2008 22:02


Rassure-toi mon ami, il n'y a aucune rivalité... C'est juste que je voulais m'expliquer sur un point qui me tient à coeur !
Concernant la thérapie de groupe, je suis d'accord avec toi... Demain, je vais vous pondre un de ces billet, je ne vous dis pas... Je vais me mettre à nue, émotionnellement parlant j'entends... (Le
Stip Tease, ce sera pour une prochaine fois Tabellarius !)
Sortez vos mouchoirs !


Suzy Dumeur 15/08/2008 20:57

De toute façon, quelle que soit ta situation les braves gens ont toujours une opinion bien fondée dessus. Comme disait l'inspecteur Harry, "les avis c'est comme les trous du cul, tout le monde en a un". Je l'aime ce mec !

Je sais que je me justifiais pas mal à une époque (pourquoi je ne vis pas avec un homme, pourquoi je ne veux pas me marier, pourquoi je ne veux pas d'enfant, pourquoi je n'ai pas d'animaux) maintenant je n'évoque ces sujets que si j'en ai envie, si ça me pose problème, qu'avec de vrais amis, des personnes qui peuvent discuter de tout sans jugement (normalement...). Ce qui fait que mes blaireaux de collègues me prennent pour une nympho lesbienne alcoolique tellement je brouille les pistes ! Essaie tu verras, c'est amusant !

Kanya 15/08/2008 21:37


En effet, ce doit être bien amusant !
Pour ma part, je ne cherche plus à donner d'explications: je leur fais comprendre que c'est comme ça et pas autrement ! Et en général mon regard les dissuade de vouloir poursuivre la conversation !