Retour à la normale...

Publié le par Kanya

       La situation est enfin revenue à son état initial ! L’espace d’un instant, j’ai vraiment paniqué !  A un moment donné de mon existence, j’ai eu envie que mon ventre à moi aussi se dilate, non pas pour accueillir en mon sein une aérophagie carabinée, mais dans le but inavoué de cultiver un fruit -tant que ce n’est pas un trognon de pomme pourri- comme la prude, pieuse et coincée du cul de Marie Joseph !


 

       Mais l’envie, heureusement, m’est passée comme une envie de pisser !

 


       Honnêtement, vous m’imaginez vous, responsable d’un mioche ? A temps partiel, je dis pas ! En intérim je prends aussi, à partir du moment où on m’accorde mes RTT ! Mais en CDI ? T’en prends au moins pour vingt piges ! Et pour un peu qu’il veuille jouer les Tanguys, comme le héros du film éponyme d’Etienne Chatiliez ?

 


       Et sans forcément se projeter aussi loin dans le temps, ne parlez pas d’un bordel déjà, rien que les premiers jours, pour le changer ! Et oui, si sa tête ne me revient pas ? (Faut se parer à toute éventualité ! Imaginez, il est aussi laid qu’un pou radioactif !) Y’aura pas moyen de l’échanger à la maternité : parce que je me connais, tête de linotte comme je suis, le ticket de caisse, je l’aurais forcément égaré !

 


       Et si je demande un avoir, simplement avec une attestation sur l’honneur de la date d’achat, oups de péremption, oups d’éclosion ? Vous pensez que la maternité pourra se montrer conciliante avec moi ?

 

 


[…]



       Je sens que mon cynisme doit en offusquer plus d’un !

 


      Bref, la raison a pris le dessus sur le tic tac obsédant de mon radio réveil ! Il était grand temps ! Parce qu’avec ces conneries, dès qu’on me parlait de maternité et je devenais aussi niaiseuse que les protagonistes de Barbara Cartland !

      Vous rendez-vous compte ? Devant les babillages incessants des mioches je devenais toute gaga… Fort heureusement, depuis quelques semaines, un mioche peut bien faire toutes les grimaces qu’il veut, je m’en contrefiche ! Bon il me reste tout de même des séquelles car j’avoue que je fonds devant celui-là !  


        (Désolé, le passage est en anglais...)

 
      



 La scène avec le gamin ne dure certes pas longtemps, mais quel régal...

Publié dans Vous avez dit cynique

Commenter cet article

David 20/10/2008 11:59






Il ne faut pas oublier qu'un enfant ne reste pas nourrisson, et qu'il arrive un age où, quelle qu'est pu être son éducation, un mec pourra se faire défoncer la courge par la concurrence et où une filles prendra le risque de se faire agressée des pires des manières des qu'elle mettra le pied dehors. Sans parler des crises post-pré pubères, et de tous les problèmes qui suivront.
Un véritable calcul sur le rapport Bonheur/prise de têtes sur toute la durée de l'élevage d'un enfant devrait être effectuée.

Kanya 20/10/2008 12:24


Toi, tu me plais...
N'hésite pas à revenir et à me délecter de tes commentaires...


L'Innocente 19/10/2008 12:22

Si toutes les raleuses prenaient exemple sur toi, les motifs de râler disparaitraient... Et tu ne pourrais plus râler.

Kanya 19/10/2008 18:11


Ah merde alors, et qu'est-ce que je ferais donc dans ma vie désormais ?


mamadomi 19/10/2008 01:20

mais non Nettoue, patience, elle nous prépare un synopsis du "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes"......à l'année prochaine kanya, donc..;)bisou endimanché

Kanya 19/10/2008 18:10


:-) :-)

Malheureusement, je n'ai pas cette prétention ! (On dirait le titre d'un bouquin -sûrement incompréhensible comme tous les autres- de l'autre Kant !)


Tabellarius 18/10/2008 20:53

T'chao. P'tit coucou en passant... Bizzz

Kanya 19/10/2008 18:08


Euh, te r'tourne pas, je crois qu'il y a une abeille qui te suit...


Nettoue 18/10/2008 18:29

Mais elle ne fait plus rien , ma Bichette ! Le Mec, t'accapare au détriment de ta postérité future... Ben, que merdouille, alors... Je t'embrasse, bpn dimanche   NettouePs A part l'amitié, je me suis dérangée pour rien..

Kanya 19/10/2008 18:07


On ne peut même pas attribuer la cause de mon absence à mon gars ! Je reprends petit à petit une vie sociale...Et oui, qui l'aurait crû !