Ma Titine me manque...

Publié le par Kanya

De temps en temps je repense avec nostalgie à ma toute première voiture qui coule désormais des jours heureux  à la morgue, où (après consultation de son état de santé chez son médecin de famille – lui diagnostiquant une mort certaine et irrévocable) elle fut envoyée.

 

Ma Titine est morte de vieillesse. Des signes avant coureurs auraient pourtant du m’alerter, mais pourvue d’un fort attachement à mon cher carrosse, je n’ai rien vu venir. Ou plutôt, je ne voulais rien savoir. J’aurais pourtant du me méfier la première fois où les freins ont lâché ! Mais aveuglée par un amour sans limite pour ma chère Titine, je ne pris cet incident que pour un simple caprice de cette vielle chipie. J’admets cependant que, les derniers temps, elle était d’humeur très taquine : refus de démarrer, absence de réaction des essuie-glaces lors des tempêtes, réticence des portières à se fermer convenablement, lunaticité du tableau de bord –il m’arrivait fréquemment de ne pas savoir à combien de roulais, mais les radars, eux, le savaient… !!!

 

Mais je l’aimais ma Titine… Elle m’accompagna durant mes premiers pas de conductrice chevronnée ! Par exemple, elle ne broncha pas la première fois où j’emboutis le portail de mes parents (portail ayant toujours la trace de mes différents passages, mon père, supposant (à raison) que ma conduite approximative et aléatoire aurait raison de ce dernier !). Elle restait même stoïque quand, par inadvertance, lors des fastidieuses manœuvres comme les créneaux ou les marches arrières, je me mangeais les poteaux ou les trottoirs… !!!

 

Elle et moi, nous formions une équipe très soudée. Souvent, à l’insu de son plein gré, elle se transformait en 4x4, étant donné ma difficulté à maintenir les roues de mon carrosse en ligne droite sur la chaussée…

 

Ah, ma chère Titine, tu me manques…

 

Cela va faire bientôt six ans que je conduis et j’ai remarqué un fait étonnant : la rapidité avec laquelle une jeune fille bien élevée se transforme en harpie d’une vulgarité étonnante dès lors qu’elle possède un volant entre les mains…

Pour ma part, je n’ai aucunement besoin de me retrouver au beau milieu de la jungle urbaine pour laisser échapper de ma petite bouche en cœur quelques jurons bien sentis. En ce moment, ‘‘cette connasse’’ ou ‘‘cette pétasse’’ selon les circonstances…sont des jurons que j’affectionne tout particulièrement…

 

Il fut un temps j’employais le terme, en beaucoup plus vulgaire, de ‘‘Vieille Catin’’  mais ma mère me tombait dessus à tout les coups, alors pour des raisons pratiques, j’ai rangé cette expression au placard… J’en ai eu marre de me faire engueuler par ma mère en présence de mes amies : car ma chère ascendante n’hésite pas à me réprimander qu’il y ait foule ou non !

 

La honte…

Publié dans Anecdotes...

Commenter cet article