Les voies des rajouts sont impénétrables...

Publié le par Kanya

J'apprécie vraiment mes collègues, mais j’apprécie encore plus les faire trébucher dans un abyme de perplexité ! Toutes les six semaines environ, je prends un malin plaisir à changer de coiffure au gré de mes envies. Du carré plongeant défrisé, aux cheveux longs ondulés de couleur cuivre, voire très longs, lisse et de couleur auburn, sans parler des tresses collées…j’adore les faire tourner en bourrique !

 

-         Mais dis-moi, ce sont tes vrais cheveux là ?

-         Oui, mélangés avec ceux en synthétiques !

-         Mais, tes faux cheveux, ils démarrent où ?

-         De la racine, mélangés à mes propres cheveux !

-         On voit rien, c’est vraiment bien fait. Tu dois en passer du temps quand même à faire tout ça ?

-         Là c’était assez rapide, ma coiffeuse a mis 6 heures !

 

Au fait, pendant que j’y pense, une bonne fois pour toutes, Mesdames, non mes cheveux ne poussent pas en un week-end : Algoflash n’a pas encore décliné sa gamme de champoing ! Sinon, ça se saurait, car C. une amie, une éternelle insatisfaite en raison de l’absence de longueur de ses cheveux, aurait déjà dévalisé tous les fleuristes du coin !

Personnellement, je n’ai pas trop à me plaindre. Les miens poussent relativement vite, mais bon nombre de mes amies (antillaises ou africaines) remuent ciel et terre pour allonger ne serait-ce que d’un dixième leur tignasse ébène !

 

Pour en revenir à mes collègues, je me suis résignée à ne plus m’esquinter le gosier comme je le fais habituellement, à tenter de vouloir à tout prix leur livrer les rudiments de la coiffure afro-caribéenne ! Autant se fracasser la tête contre un mur, le résultat est le même !

Car leur lanterne n’éclaire pas des masses ! Peut-être qu’elles carburent toutes au diesel ! Il doit vraiment être de bien mauvaise qualité ! Parce que là, ça ne doit pas être un vélo qui trotte dans leur tête mais un unijambiste qui essaie tant bien que mal de tenir debout !

 

Je me suis donc promis d’emporter avec moi dans la tombe le secret des vanilles, perruques, piquets-lâchés, défrisages, tissages et autres rajouts…

Commenter cet article