Prozac et autres curiosités...

Publié le par Kanya

     A raison de trois fois par semaine, je me rue dans une salle de sport pour évacuer le stress du quotidient. Normalement, le sport est censé libérer des endorphines dans l'organisme de l'athlète. Mon organisme, lui, a foiré son dosage ! J'ai l'impression qu'au lieu de répandre l'hormone du bien être dans mon cerveau, il inonde celui-ci d'hormones, cousines très germaines des anti-dépresseurs... 

    J'ai l'impression d'être continuellement sous PROZAC. Je n'avais déjà pas tendance à la base à me prendre pour une dramaturge, mais là, mon état euphorique commence sérieusement à m'inquiéter. J'ai frôlé d'un peu trop près la voiture de mon Boss et je prends cet accrochage avec philosophie ''Ce n'est que du matériel après tout!''

    Mes collègues, jouant la carte de l'empathie se font du mauvais sang à ma place ! Quelles sont mignonnes !

    Je pense tout de même que je vais tomber de haut quand je vais recevoir la facture des réparations. Vous pensez bien que la voiture du chef n'est pas un tas de ferraille ambulant, à trois francs six sous la tôle !

Commenter cet article